Histoire du musée

Un musée dans un hôtel particulier

Le musée Henner est un des rares témoignages accessibles au public de l’architecture privée sous la IIIe République. En effet, l’hôtel particulier qui abrite aujourd’hui le musée était la demeure et l'atelier du peintre Guillaume Dubufe (1853-1909), qui l’avait acheté en 1878.

C'est en 1921 que Marie Henner, veuve du neveu de Jean-Jacques Henner, l’achète aux héritiers de Dubufe pour y présenter les œuvres de son oncle qu’elle souhaite donner à l’État. Elle va faire réaliser d'importants travaux dans les années qui suivent, sous la direction de l'architecte Marcel Legendre, notamment dans les espaces de réception du rez-de-chaussée. Elle fait ouvrir le salon néo-Renaissance sur le jardin d’hiver par une colonnade en stuc, d’où son nom actuel de « salon aux colonnes », et recouvre la mosaïque d'origine d'une dalle de béton.

Le musée ouvre au public en 1924. Many Benner, ancien élève et fils d'un ami du peintre, en est le premier conservateur.

Un appartement-atelier à l'usage d'un conservateur-peintre

En 1935, sur les plans de l’architecte André Arfvidson, l’hôtel particulier est surélevé de deux étages, pour créer un appartement et un atelier d'artiste à l'usage du conservateur du musée, qui est « un peintre de talent sérieux » conformément aux charges de la donation. Ces étages sont inaccessibles au public.

Campagne de rénovation

En 2008-2009 a été réalisée une importante campagne de rénovation sous l’égide de l’architecte l’agence Bodin & associés. L’ascenseur, implanté dans les années 1930, a été déplacé et les murs ont été repeints selon une polychromie proche de celle d’origine. La salle à manger a été ouverte à la visite et un nouveau parcours proposé aux visiteurs.

Une nouvelle campagne pour un nouveau musée

En 2014-2016, sont réalisés des travaux permettant la modification de l’accueil doté d’une nouvelle porte, la rénovation du salon aux colonnes et du jardin d’hiver avec la construction d’une nouvelle verrière ainsi que la création de réserves et d’un atelier technique.