Un opéra inédit de Debussy au musée Henner...

La chute de la Maison Usher au musée Henner
Un opéra inédit et inachevé de Claude Debussy, d'après la nouvelle d'Edgar Poe...

Air n°1, Prologue du Palais hanté : https://youtu.be/OewW5mavG7E
Air n°2, Nuit sans fin : https://youtu.be/1WFfas1cbKs

Un chef-d’œuvre méconnu, une partition oubliée du plus grand compositeur français, devenue mythique de par son inachèvement : LA CHUTE DE LA MAISON USHER de Claude Debussy d’après la nouvelle d’Edgar Poe avait fait l'objet d'une re-création pour le centenaire du compositeur en 2018 au musée Henner. 
C'est ce lieu imprégné d'art et d'artistes qui avait servi à la résurrection de cet opéra, alors représenté dans le jardin d'hiver. Les tableaux fragmentés de ce drame lyrique se déploient aujourd'hui différemment pour résonner avec les escaliers et ateliers du peintre du Guillaume Dubuffe, maison de la plaine Monceau où se déploie l'œuvre de Jean-Jacques Henner.
À défaut de pouvoir redonner la production au public comme il était prévu, nous vous offrons deux monologues intérieurs de lady Madeline, la femme au cœur de ces lieux sombres, la lumineuse étoile qui pourrait sauver l’homme de sa perdition. Deux scènes extraites de la mise en scène [d'Olivier Dhénin], ni tout-à-fait celles de la production de 2018, puisque Madeline est seule et se déplacent dans les cellules de ce labyrinthe gothique ; ni tout-à-fait différentes, puisque ce sont toujours les désirs enfouis et les palais hantés qui l'animent.
Une sorte de séquence analeptique à l'opéra, une distopie lyrique et solitaire évoquant l'attente d'une jeune femme enfermée dans un château malade
aux toiles ocres et fauves. Une attente du corps et un enfermement de l'âme que chacun peut aisément comprendre aujourd'hui.
(Olivier Dhénin)

---+---
LES ILLUSIONS PERDUES DE LADY MADELINE
deux scènes filmées de l'opéra de Claude Debussy LA CHUTE DE LA MAISON USHER
Mise en scène et dramaturgie Olivier Dhénin
Images Théo Fauger et Alexandre Parent
Montage Théo Fauger
Réalisé en décembre 2020 au Musée national Jean-Jacques Henner